Christine Schweitzer, soprano et professeur de chant

Christine Schweitzer accomplit sa carrière à l'opéra et en concert dans le répertoire romantique italien et allemand de soprano dramatique. Elle s'attache aujourd'hui à transmettre aux chanteurs lyriques l'art du chant de la Scuola Italiana di Canto enseignée notamment par le Maestro Gino Bechi.

Les études et les débuts à l'opéra

Elle poursuit ses études de chant au Conservatoire National de Région de Boulogne avec Geori Boué puis se perfectionne en art lyrique au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, qui lui confie le rôle de la Reine Marguerite des Flandres dans Richard Coeur de Lion de Grétry et de La Vierge dans Jeanne au Bûcher d’Honegger, puis enfin celui de Lady Billows dans  Albert Herring de Britten à l’Espace Cardin. Dans le même temps, elle se perfectionne auprès du grand baryton italien Gino Bechi à Florence et auprès d’Yvonne Pons, mezzo-soprano de l’Opéra de Paris. Le concours des Maîtres du Chant lui décerne le Premier Prix d’Interprétation pour sa Léonore de Fidelio.

 

L’Opéra de Dijon la distribue dans Giulietta des Contes d’Hoffmann avec Daniel Lipton, et le chef d’orchestre Paul Ethuin lui offre en 1988 le rôle de la Grande Prêtresse d’Aida au Théâtre des Arts de Rouen. Sur l’antenne de France Musique, Jacques Bourgeois l’invite pour l’émission « Grands Chanteurs de demain » et elle se produit en récital sous la direction du maestro Gino Bechi dans plusieurs villes italiennes, en chantant des extraits de Tosca, La Forza del destino, Gioconda, Ernani  et Macbeth.

Les rôles d'opéra et les concerts de Christine Schweitzer

Christine Schweitzer a interprété à de nombreuses reprises le rôle de Giulietta dans Les Contes d’Hoffmann, en France (Nîmes, Biarritz, Montauban, Besançon…) et en Espagne (Saint-Jacques de Compostelle, Murcia, Séville, Cordoue…), sous la direction de Jacques Blanc, ainsi que Stella à l’Opéra de Montpellier avec Richard Bonynge. Elle chante également Musette dans La Bohème de Puccini avec Claude Schnitzler au Festival de Saint-Céré. L’Opéra de Metz, sa ville natale, lui donne le rôle de la Dame de Lady dans le Macbeth de Verdi, sous la direction de Tamas Veto, puis celui d’Anna Gomez dans Le Consul de Menotti avec Robert Martignoni.

Photo Christine Schweitzer, Contes d'Hoffmann, Opéra de Montpellier

Elle est la Première Amie dans Silent Screams, Difficult Dreams d’Eugenius Knapik, mis en scène par Jan Fabre, avec l’Orchestre Philharmonique de Varsovie, à l’Opéra de Rouen, ainsi qu’à l’Opéra des Flandres et à l’Opéra de Gand, au Staatsoper de Kassel et à la Maison de la Radio de Varsovie, sous la direction de Frédéric Chaslin.

Christine Schweitzer, La Galeriste dans La Jeune Fille au Livre, film-opéra de Comolli et Bon

Christine Schweitzer est l’interprète d’Agathe du Freischütz de Weber à l’Opéra de Rouen et au Théâtre de Caen, avec Donald Litaker dans le rôle de Max, sous la baguette de Cyrille Diederich.

Elle chante ensuite Toski-Ko dans La Confession Impudique  de Bernard Cavanna au Théâtre des Amandiers à Nanterre avec Luca Pfaff et joue la Galeriste dans La Jeune fille au Livre, film-opéra d’André Bon et Jean-Louis Comolli, diffusé sur Arte.           

Christine Schweitzer, Agathe du Freischütz - Opéra de Rouen. Dir: Diederich

Elle connaît ses premiers engagements dans le répertoire wagnérien : une Fille-fleur dans Parsifal, à l’Opéra de Rouen et au Théâtre de Caen avec Friedrich Pleyer, Gerhilde dans La Walkyrie à l’Opéra de Bordeaux sous la direction d’Alain Lombard, puis Ortlinde à l’Opéra de Marseille dans une Walkyrie dirigée par Serge Baudo en 1996.

Dans le domaine de l’oratorio et du récital, elle chante la Grande Messe en Ut de Mozart à Salzbourg avec l’Orchestre de chambre du Festspielhaus, le Requiem de Mozart, notamment à la salle Pleyel et à l’Eglise de la Madeleine à Paris, le Stabat Mater de Dvorak avec  Bernard Tétu à Lyon et le Requiem de Dvorak sous la direction de Roger Boutry avec l’orchestre de la Garde Républicaine à Paris. Elle chante Le Roi David avec Claude Brendel en tournée en Alsace, le Stabat Mater de Rossini avec Frédéric Chaslin à l’Abbatiale de Souillac et se produit à plus de vingt reprises dans le Requiem de Verdi, notamment avec Catherine Decaen, mezzo-soprano, puis sous la direction de Bernard Tétu au Festival de Saint-Céré et de Dominique Ruits à l’Opéra de Massy.

Elle participe aux Rencontres Lyriques de Luchon avec Eve Ruggieri pour des récitals Verdi retransmis par France Musique et interprète le soprano solo du Gloria de Poulenc en 1995 au Théâtre des Champs-Elysées, dans une production du Royal Ballet de Londres (Dir : Wordsworth). En 1998, elle reprend le Requiem de Verdi sous la direction de Miriam Nemcova, avec l’Orchestre du Conservatoire de Prague au Palais des Congrès à Paris.

Tout en continuant son parcours artistique, Christine Schweitzer commence alors à se dédier plus régulièrement à l’enseignement du chant. Pendant ses études au Conservatoire, la Schola Cantorum de Paris lui avait déjà confié une classe de chant (1987-1988) et cette fois, c’est au Laboratoire de la Voix qu’elle va exercer (1997-2003). Elle complète ainsi ses connaissances artistiques par l’approfondissement de la physiologie vocale dans le cadre d’un travail d’équipe destiné à l’encadrement des chanteurs et accompagnera le parcours vocal de nombreux artistes lyriques et de stars de l’opéra comme Natalie Dessay et Leontina Vaduva.

En 2003, elle incarne le rôle-titre dans la Médée de Sergio Ortega au Théâtre Berthelot de Montreuil, spectacle mis en scène par Graziella Delerm, puis apparaît en récital dans le rôle d’Alisa de Lucia di Lammermoor de Donizetti aux côtés de Natalie Dessay au Théâtre des Champs-Elysées sous la direction d’Evelino Pidò.

Christine Schweitzer, Affiche pour la Médée de Sergio Ortega.jpeg

Elle intègre en 2006 l’Ensemble Carpe Diem, dont elle sera l’une des solistes jusqu’en 2011. Dans le même temps, elle continue à se passionner pour les grandes traditions de l’opéra italien et se rend régulièrement auprès de Leyla Gencer à la Scala de Milan et auprès de Renata Scotto à Rome pour recueillir leurs précieux conseils.

Photo Programme TCE 1.jpeg

L'opéra en récital avec orchestre

Elle interprète le rôle d’Isolde dans une transcription de Tristan et Isolde de Richard Wagner, au Festival Berlioz de la Côte Saint-André dans une mise en scène d’Anne Martin. Présent à la première représentation parisienne au Conseil d’Etat, le compositeur Jean-Michel Damase décide de lui dédier un cycle de mélodies. Différentes reprises de ce spectacle ont eu lieu en France (Paris, Conseil d'Etat et Amphithéâtre de la Sorbonne, Montargis, Vienne…)

En 2009, toujours au Festival Berlioz de la Côte-Saint-André, Christine Schweitzer a incarné Lady Macbeth dans Macbeth et Desdémone d’Othello dans une création réunissant la musique de Verdi et l’œuvre cinématographique d’Orson Welles, spectacle repris en 2010 au Conservatoire d’Art Dramatique de Paris

. En décembre 2011, au Théâtre de l’Athénée à Paris, elle interprète à nouveau le rôle d’Isolde avec l’Ensemble Carpe Diem et la participation exceptionnelle de Lambert Wilson comme récitant. Un CD de cette transcription a été publié chez INDEsens.

Christine Schweitzer, Lambert Wilson,Carpe Diem (couv.).jpeg

Christine Schweitzer a été Sœur Monica dans Jours Vénitiens de Béatrice Thiriet à l’Auditorium de Pigna en 2012, oeuvre destinée à la scène et au cinéma en 3D. Elle se produit en mars 2014 dans un récital d’airs d’opéra de Verdi à la Grange au Lac d’Evian avec l’Orchestre du Chablais. Elle poursuit actuellement une carrière de concerts et se consacre à la transmission de l’art du chant selon l’école italienne de Gino Bechi au sein d’Arte Lirica Paris.