Le perfectionnement des jeunes chanteurs

Chanter est un art exigeant... le jeune chanteur se trouve devant une construction à la fois merveilleuse et complexe, qui évolue dans le temps long... alors que les échéances professionnelles imposent vitesse et qualité de la performance. Nous vous aidons à vous former dans les répertoires qui vous mettent le plus en valeur, afin d'aborder vos auditions et concours en toute connaissance de vos atouts artistiques.

Quand le chanteur lyrique est en cours de professionnalisation, la première étape du parcours vocal, et non des moindres, est la construction de l’instrument. Cette étape s’avère aujourd’hui souvent un peu trop rapide et les artistes qui ont une belle voix, du talent pour la scène et un excellent niveau de musique envisagent parfois trop tôt des rôles que leur « instrument » ne peut pas encore soutenir. A l’inverse, les grandes voix doivent être encouragées dans leurs jeunes années à chanter les ouvrages qui leur conviennent, bien avant de les présenter en scène, et non se limiter à un répertoire où elles ne peuvent ni se développer ni être compétitives.

On peut s’assurer tout d’abord que l’émission est saine, correctement soutenue, avec une conscience claire et précise des mouvements respiratoires liés au chant, en observant également la posture et en proposant des exercices adéquats pour améliorer ces deux aspects.

Il n’y a pas dans ce domaine a séparer art et technique car le beau son est toujours l’émanation d’un mouvement intérieur de l’âme et du corps ; il est gravement dommageable pour la voix d’être séparée du mouvement vital de l’énergie. Les jeunes artistes qui veulent d’abord être « très bons en technique » font ici une erreur de raisonnement, vite abandonnée quand ils retrouvent le plaisir d’associer intention artistique et résultat vocal : la voix comme récompense du « geste vocal »…

Parmi d’autres éléments, l’identification des passages (le passage du grave au médium et le passage du haut-médium à l’aigu) sur une voix non « serrée » permettra de définir avec précision – par des exercices spécifiques - le registre de la voix ou bien de s’en assurer, car nombre de jeunes chanteurs restent pendant des années avec une interrogation persistante sur le registre de leur voix, ce qui risque de créer une insécurité personnelle et de donner naissance à des programmes trop peu cohérents pour déclencher un réflexe positif chez les directeurs de théâtre ou les agents lors des auditions et concours.

 

On ira dans une difficulté progressive en proposant de nouvelles œuvres au fil de l’évolution et en travaillant dans le même temps et de façon inséparable la technique et l’interprétation, afin de constituer un répertoire varié, composé de mélodies, d’airs d’oratorios et d’extraits d’opéra. La culture générale du chanteur est ici essentielle, car sa capacité de « création » des sons, des phrases musicales et des couleurs évoluera au fil des œuvres lyriques écoutées et travaillées, mais aussi des œuvres symphoniques, pianistiques, instrumentales ou des musiques du monde qui sont une source inépuisable de couleurs sonores et de « compréhension » des rythmes. La pratique instrumentale est recommandée quel que soit l’âge du chanteur, ainsi qu’une fréquentation assidue des salles d’opéra, de théâtre et de concerts.

A l’issue de ce travail, les chanteurs sont en mesure de présenter à leurs employeurs un répertoire lyrique cohérent, dans le respect de leur tessiture ainsi que du style et des traditions d’interprétation qui leur auront été communiquées. Nous établissons ensemble les programmes adéquats pour chaque nouveau recrutement, audition ou concours, en tenant compte aussi du physique et des capacités théâtrales de chacun. Il est important, au plan visuel, que la voix, le physique, le jeu et le rôle proposé créent une « image » convaincante, celle d’un artiste complet, généreux, engagé… et prêt à l’être!

Vous souhaitez en savoir plus sur nos cours de chant ?